Le tracé inscrit au P.O.S. de Marigny-Saint-Marcel
Un tracé déjà inscrit au Plan d'Occupation des Sols (P.O.S.) en 2000...

 

C'est en l'an 2000 qu'a été inscrit le tracé actuel sur le POS de la commune de Marigny-Saint-Marcel.

Initié au début des années 90, le projet de déviation de Marigny-Saint-Marcel avait été arrêté en 1998 après l'étude de 6 tracés différents.

Deux projets avaient été retenus (dont celui de la déviation "courte", en rouge) pour ne garder finalement que le tracé actuellement inscrit au POS de la commune de Marigny-Saint-Marcel (en jaune sur la carte).

Parmi les 4 autres projets, un permet de contourner la totalité du Chef-lieu et de préserver l'écosystème du Nant Boré (en vert sur la carte). Ce tracé est également pertinent car il permet d'enterrer la déviation (protection phonique) qui ne rencontre que 3 dessertes et ne concerne globalement qu'une dizaine d'habitations proches sur toute sa longueur...

small logo

 

Pourquoi la municipalité, le Conseil Général de Haute-Savoie et la Préfecture n'avaient retenu que le tracé actuellement inscrit au POS?

Le tracé dit "court" (en rouge) actuellement souhaité par les élus avait été abandonné pour les raisons suivantes:

- Géométrie de l'axe principal très peu satisfaisant (amplification des problèmes de visibilité posés par la RD3 actuelle) notamment entre le Chef-Lieu et St Marcel.

- Difficultés de rétablissement des dessertes et accès riverains dans ce secteur. De plus les emprises nécessaires mettent en péril le bâti existant (une villa et une ferme).

- Gros problème géotechnique au franchissement du Nant Boré (sous-sol en argiles plastiques, tout à fait impropre à recevoir un ouvrage et des remblais importants, nécessaires à cet endroit).

- Hétérogénéité de l'itinéraire en termes de traitement au sens du Guide pour l'aménagement des routes principales (Ministère de l'Equipement - 1995).

- En phase de travaux, l'actuelle RD3 devra être coupée, avec tous les problèmes que cela peut poser.

 

L'analyse du tracé inscrit au POS (en jaune sur la carte) avait permis de mettre en évidence:

- un tracé en plan et profil en long corrects et les possibilités de raccordement nombreuses et sans grandes contraintes,

- un impact foncier notamment agricole lourd (avec préconisation de remembrement),

- un caractère peu bâti de la zone permettant des caractéristiques routières correctes et de limiter le nombre de carrefours,

- la topographie et la nature des terrains traversés rendent possibles un enterrement maximum de la voie, qui était le but recherché pour une meilleure protection phonique et visuelle,

- la possibilité de raccorder ce tracé avec la route D910 (route Albens/Rumilly) par un barreau (au sud de Salomon) évitant ainsi la traversée actuelle de l'agglomération des Pérouses par la RD3,

- une très faible interférence avec les voies existantes, ce qui est un facteur très favorable pour l'exécution des travaux à forte cadence, et donc à un coût moindre,

- la RD3 actuelle pouvant être utilisée par les deux roues.

 

Le tracé déjà inscrit au POS constitue donc une véritable voie de transit notamment pour les véhicules legers et les poids lourds. La RD3 peut alors être réservée aux véhicules lents (vélos, tracteurs,...) et à la desserte de Marigny-Saint-Marcel et de ses habitations.

 

| ©2007-2008-2009